Local

Vendredi est arrivé et je n’ai pas vu la semaine passer. Quand j’allais à l’école, c’était l’inverse. Chaque jour était un supplice. Quand le lundi arrivait, je croyais que je n’allais pas savoir passer à travers la semaine. J’imagine que l’école est peut-être horriblement ennuyante pour que nous soyons plus enthousiastes à l’idée de travailler pendant 40 ans.

Toujours est-il que me voilà vendredi matin 8 h 20, avec plus que quelques heures pour terminer mes commandes. Cet après-midi, c’est moi qui livre aux boutiques parce que Gabie doit se concentrer sur ce cher Plan d’affaires. Je suis de nouveau serrée dans les délais. Je suis encore une fois pas mal dernière minute dans mes trucs. Et chaque semaine, je me crée un horaire de travail, je répartis mes commandes sur la semaine, j’organise mon temps de manière à ne pas me retrouver, le jour des commandes, à devoir tout finir. Je finis toujours par y arriver et donc ça ne me stress pas tellement (note que…) mais je me demande pourquoi ça revient encore et toujours. Ai-je besoin de courir comme une poule sans tête pour sentir que je suis dans l’action ? Est-ce que je suis inconsciemment à la recherche de cette adrénaline de laaaast minute ? Comme les gens qui arrivent toujours en sueur et en courant à la porte de leur avion, une seconde avant qu’elle ne ferme et sous le regard noir des hôtesses ? J’ai un flash back. Quand j’étudiais en droit je relisais toujours mes notes désespérément jusqu’au début de l’examen alors qu’à côté de moi il y avait toujours une Miss Toujours Prête qui méditait calmement avec un crayon parfaitement aiguisé en main pendant que j’essayais de me fourrer dans le crâne un ultime chapitre mortel. Pourquoi je suis jamais Miss Toujours Prête ?

Ça doit aller avec le genre artiste instable, imprévisible et impulsif. Tous des trucs en “in” ou en “im”… immature, incapable, inacceptable. Je pense pas qu’on trouve des mots qui commencent par “in” ou “im” qui soient positifs. Bref.

Je vais me bouger jusqu’à ma boîte à chaussures et faire de l’excès de vitesse jusqu’à midi.

ps: en me relisant, je me suis rendue compte que le titre de cet article était “Local” et que le contenu n’avait aucun rapport. Trop mon genre. En fait je pensais que j’allais raconter que nous avions trouver un local mais j’en reparlerai une autre fois. C’est un vrai repère croûteux industriel plein de potentiel où créer une zone de magie.

ps 2 : je vous mets une photo des fleurs broches que je fais, parce que c’est trop joli

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s