To Do

Je déteste ces mots “to do”. Ou encore “Prends toi une note” (phrase préférée de Gaby). Des listes et des listes de choses à faire, comme je n’en ai jamais vues. Voilà où nous en sommes. Dans ma liste de “To do” il y avait “écrire dans mon blog”, chose que Gaby m’a amicalement rappelée trois fois par courriel et sept fois au téléphone. Ma facture de cellulaire a doublé. Gaby m’écrit 37 emails par jour. On gère. On gère comme on peut. Mais des fois y a des choses qui “tombent dans une craque” et hop ! oublié de rappeler Miss Chose ! pfffiou le rendez-vous, évaporé ! Je voudrais avoir une “to do list” dans mon cerveau, qui s’organise par section, et qui se met à jour automatiquement. À la place, je deviens angoissée quand je n’ai pas mon agenda et mon maudit cahier de “to do” pas loin : et si un crayon vient à manquer, panique à bord ! Il ne faut surtout pas être techniquement empêchée de noter le truc à ne pas oublier. Gaby est une pro pour ça. Moi j’apprends. Je suis moins pire qu’avant.

L’autre truc absolument passionnant qui me prend du temps c’est notre ami Excel. Excel est un outil quadrillé avec des lignes horizonales et verticales qui, vous l’aurez deviné, vous aide à créer des super tableaux de chiffres à l’aide de combinaison matématiques (mmh enfin une bonne raison que les profs pourraient utiliser pour motiver les blasés des math qui n’y voient aucune utilité : jeunes artistes ! motivez-vous ! un jour le tableau Excel sera à votre entreprise ce que le marteau est au charpentier !). On peut rentrer des tites factures de 12,45 et de 654,87 $ les unes après les autres et faire plein de belles statistiques pour voir comment on dépense son argent d’entreprise, comparer le tout aux ventes, faire des affaires de finance que j’ai toujours regardé avec un petit oeil hautain voire méprisant. Finalement, ça aide vraiment.

Bon. Dans ma “to do list” du jour, je dois filer chez Harricana pour livrer des colliers en fourrure qui se pavaneront à leur défilé de la Semaine de la mode. Alors pas de temps à perdre, je file.

Et…vous l’aurez remarqué… presque pas un mot sur les colliers : je suis en train de réaliser que se lancer en affaires, même pour vendre des colliers, c’est une tonne de choses à faire qui n’ont AUCUN rapport avec la création et la confection de colliers.

En tout cas je suis plutôt inspirée et j’ai hâte d’accoucher d’un nouveau bijou.

PS : Aïe j’ai oublié de vous raconter quelque chose. Je suis allée dans un magasin de fournitures qui vend tout pour faire des trucs en fourrure (sauf la fourrure, comme me l’a gentiment fait remarqué le monsieur du magasin) afin d’y acheter ma super lame à fourrure. Le petit paquet de lames qui venait indiquait Made in West Germany (wow ! tellement 1989 !) ! Et moi qui me disais que le magasin semblait dater de la guerre froide, pourrait venir d’une ville en béton d’Europe de l’est où les fleurs sont interdites, tant c’était kaki, brun et surtout puant, combien puant ! On aurait dit un bar il y a 5 ans, avant que la loi contre le tabac ne s’impose. Ce jour-là (hier) je me suis dit que je devais plus souvent photographier les lieux où je déniche mes matériaux…

One thought on “To Do

  1. Laurence says:

    Chère Charlotte,

    Un petit mot pour te dire que j’ai trouvé ton blog par hasard. Je te suis ‘anoymement’ excepté pour aujourd’hui ou j’ai décidé de te dire combien j’était contente pour toi. Ton blog me fait me rapelle la Charlotte avec qui j’ai eu des fous rire il y a cela plusieurs années. Continue de perséverer ton travail est magnifique!

    Laurence

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s