T’es obligée.

J’ai pris un solide break de rythme de cinglée et du même coup, j’ai rien écrit du tout sur ce blog. Bien sûr c’est un dimanche que l’envie me prend, moi ma semaine de travail elle est comme les calendriers anglophones, elle commence tous les dimanches. On a enchaîné back to back le dépôt du plan d’affaires, la semaine de la mode et un 5 à 7 vente slash cocktail qui ne s’est pas si bien passé que ça au niveau des ventes (on se le cachera pas, mes copines ont pas vraiment le budget pour mes colliers et je les comprends et en plus, on a mis ça pile poil la veille du long congé de Pâques, tsé celui où il a fait 30 degrés et soleil et où tout le monde a quitté la ville… bref.). Après j’ai pu reprendre une grande respiration, épiler mes jambes d’ours, cuisiner, voir des gens, dormir et même, faire du sport. Ouais. Je suis encore capable.

Pis à part ça bein j’ai pu prendre un peu de recul par rapport à tout ce qui se passait côté colliers et analyser ma méthode de travail. Bon j’ai une petite tendance à la domination et au contrôle quand il s’agit de mon travail, j’avais pas ça quand j’étais serveuse ou correctrice, là c’était plus le minimum d’efforts qui dominait : je m’arrangeais pour “sizer” c’était quoi le minimum requis et je le faisais et tout le monde était content. Un peu comme quand j’étais à l’université en droit et que je m’arrangeais uniquement pour avoir C, comme ça je passais les cours. J’ai quand même eu des A là, wow, mais c’était par hasard.

Justement, le droit. Droit. Quand j’étudiais en droit, je passais également du temps à faire des boucles d’oreilles, à essayer de coudre des chandails mais j’étais pas très bien à l’intérieur de moi alors je perdais très vite patience et je me jugeais beaucoup dans ce que je créais : j’étais jamais assez bonne. Mais bon, j’ai pas vraiment envie de m’aventurer par là. Ce que j’avais envie de raconter c’est que, jusqu’à ce que faire des colliers, ça devienne mon métier à plein temps, bein c’était un peu la zone Free for all de mon existence où il n’y avait ni règle, ni compétition, ni contrainte (en matériaux ou de temps, ou de prix, …), je faisais ce que je voulais et quand j’avais pas envie de faire un truc, je le faisais pas. Maintenant je me rends compte que je peux encore faire ça de temps en temps mais vraiment moins souvent qu’avant.

Je dois partager mon temps entre de la création de hippie buzzée devant ses perles et de la création rationalisée, intellectualisée. Genre animée par la pensée “mmmh ce collier unique a été un hit je dois tirer profit de cette idée et la reproduire en trois couleurs différentes qui vendent”. EUH C’EST PARCE QUE C’EST UN PEU L’ANTIPODE DE LA CRÉATION, ÇA. Gaby elle s’essaie, elle est bonne pour voir les modèles qui ont le potentiel de vendre comme des dingues (bein ouais, hein, on va arrêter de se mentir, c’est clairement une priorité, VENDRE. Sinon tout crash et je retourne pleurer dans mon sous-sol devant quatre perles avec une job à temps partiel dans un resto avec un boss pervers qui te frôle toujours la hanche par hasard et un gérant autoritaire semi hystérique).

Bref, je disais que Gaby elle est bonne pour voir le potentiel de mes modèles mais moi je suis pas bonne pour l’écouter. Vous vous souvenez de ces deux colliers ?

Ils sont à l’origine des fameux collier Collet et collier Bande qu’on a pas fini de réinventer avec toutes sortes de tissus et des perles.  Le truc, c’est que j’en ai plein d’autres, des modèles que je n’ai fait qu’une fois mais qui pourraient vraiment être commercialisés et exploités davantage. Mais moi je n’écoute pas et je m’obstine à méditer 50 ans devant un bout de tissu et des perles pour encore INVENTER un tout nouveau modèle. Gaby elle se tanne des fois pis elle me dit “t’as pas besoin de réinventer la roue à chaque fois criss !” (elle dit pas criss mais ça donne mieux dans l’histoire). “Mais Gaby c’est parce que je veux m’amuser, je veux pas faire des efforts dans la création.” La création c’est LA zone où j’ai toujours fait ce que je voulais, je peux pas me mettre des règles pis m’obliger à créer certaines choses, ça m’ANGOISSE. Ça me donne l’impression que je suis une bassine d’eau usée qu’on réutilise non stop ou encore le vieux vélo rouillé d’une famille de 8 enfants qui se le refilent les uns après les autres. Mais bon mon speech aussi il devient usé, faut juste que j’apprenne à mieux travailler sur mes colliers. C’est pas parce que c’est de la création que je ne peux pas l’organiser un peu mieux et  lui donner un regard un peu plus business.

À côté de moi j’ai une feuille avec le mot “objectifs” et une liste des modèles que je m’engage à exploiter et à dériver dans plusieurs couleurs.

Vous savez quoi ? Les colliers que je préfère, et bien personne ne les achète. Et ça me fait pas tellement chier en fait. Parce que je crée jamais pour ça : je crée parce que j’aime créer. Mais des fois je dois créer pour vendre. Et ça c’est quand je regarde un modèle que j’ai adoré créer et qui s’Est super bien vendu et que je me mets à le refaire dans plein de couleurs qui vendent genre NOIR ou encore NOIR ou encore heu… BLANC. Tout le monde n’a pas envie de porter des colliers multicolores énormes, Charlotte. Je sais, je sais.

4 thoughts on “T’es obligée.

  1. LN says:

    Charlotte,
    Je lis ton blog depuis un petit bout de temps et je trouve que tu as des idées super. Tes colliers ont tellement de la classe que c’est triste de penser que tu ne peux pas en vendre autant que tu voudrais.

    Mais tu as un point. Le prix. Je sais que c’est ton gagne pain et tout… peut-être que tu pourrais développer une petite collection moins élaborée et la faire prendre par Simons ou quelque chose? Idée d’avoir un peu plus d’exposure.

    Ne lâches pas par exemple, tu fais un boulot super et je suis sûre que tout va fonctionner. Peut-être voir aussi à aller aux braderies l’an prochain? C’est fou comment y a du monde qui dépense des sommes folles à cet endroit. Ça pourrait peut-être te donner une bonne visibilité!

    Bonne chance!🙂

  2. Lilianne says:

    WOW WOW WOW!!!

    Avant tout, BRAVO Charlotte et Gaby🙂

    Je connaissais déjà tes créations mais je ne savais pas que cétait toi!!! Et là je suis tombée par hasard sur ta page et wow je suis bouche-bée, cest vraiment incroyable ce que tu fais🙂

    Déjà au PSNM, on était toutes des clones avec le même uniforme, mais toi tu te démarquais déjà avec tes accessoires funky!!!

    Encore une fois BRAVO, je suis fière de toi et tu minspires😀

  3. Marie Bertrand says:

    N’ empêche que si on voyait autre chose que du noir partout ça nous ferait du bien! On croirait que porter de la couleur c’est tabou! C’est peut être pour ça les tatous… faire un peu de couleur dans cet océan de noir ou tout le monde semble perdre son identité … mais qui d’un autre coté cherchent tous à se faire remarquer à tout prix. Quel paradoxe!
    Ne voyez-vous pas que la solution c’est de se procurer un collier multicolore pas du genre que tout le monde achète… bon bon j’ai jamais été bonne en marketing… mais le talent ça se remarque et ce que tu fais est génial… quoique le compliments ne payent pas les fins de mois… mais la passion t’habite, à toi de débroussailler la voie, bon courage …

  4. P.A. says:

    Gaby qui dit criss, c’est très drôle.

    J’avoue que c’est pas le même trip, faire 100 fois le même modèle, au lieu d’en inventer chaque fois un nouveau… Ça fait un peu travail à la chaîne d’usine en Chine.

    Mais tsé, le monde, ils se sentent souvent ben satisfait en matière de personnalisation en choisissant la même affaire mais d’une couleur différente.

    Comme un iPod.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s