Quand Zéro égale Victoire…

J’ai maintenant une Représentante des ventes aux USA qui s’occupe de développer le marché américain. J’espère l’envahir complètement. Elle m’a obtenu une première commande pour un beau magasin dans l’état de Washington. Depuis le début de la semaine, je m’applique à comprendre comment mon colis peut passer la frontière en toute légitimité, sans m’attirer de problèmes.

L’univers des douanes ne se décode pas facilement. L’ALENA, une merveilleuse invention qui sert surtout de mesure protectionniste pour les Américains, a accouché d’une tonne de paperasse que le profane ne peut comprendre. Quand on exporte du Canada aux États-Unis, il faut que notre produit ait un code HS. Le code HS, c’est la catégorie de produit à laquelle notre marchandise appartient. Quand on est moi et qu’on cherche ça, on se défonce le cerveau à coup de : Est-ce que mes colliers rentrent dans le chapitre du textile ou dans le chapitre des bijoux ? Est-ce un accessoire vestimentaire ou un collier comme tel ? Et ce n’est pas à moi de choisir. Non, c’est à moi de trouver la bonne réponse dans une encyclopédie titanesque qui effraie les plus motivés. Et si on a pas le bon numéro HS et qu’un petit monsieur des douanes ouvre le colis et décide que c’est une fausse déclaration, bonjour les ennuis. Heureusement, j’ai eu l’aide d’une adorable dame courtier en douane.

Elle a apporté des échantillons aux douanes pour obtenir leur avis. Et en vue de préparer cette visite, parmi toutes les discussions infinies que j’ai eues avec elle, nous avons eu l’occasion, entre autres, d’évaluer au cm près (que je devais systématiquement convertir en pouces car la courtier était américaine) quelle quantité de soie versus de coton était présente dans les colliers : si j’avais appartenu au chapitre textile et que plus de 60 ou 70 % de mon produit était fait en soie, alors je n’aurais pas eu de droits de douane à payer. Mais si ça avait été 50 %, alors j’aurais eu à payer un faramineux montant. Ce genre d’enjeu accorde une soudaine importance démesurée aux proportions de tissus sur mes colliers. J’ai également dû fournir des tableaux qui montraient, dans le coût de production de mes colliers, quel pourcentage était alloué à la main d’oeuvre versus la matière première (un tableau que tout bon entrepreneur en design se doit d’avoir de toute façon).

Pour finir, les douaniers ont décidé que j’appartenais à la catégorie des bijoux. On n’avait donc poussé dans le mauvais sens. Fini les textiles, bonjour le chapitre bijoux. Revirement des recherches. J’avais enfin un numéro HS. Mais ce n’était pas tout. Allais-je être NAFTA Free ? Il me fallait désormais obtenir le numéro de classification qu’utilisent mes fournisseurs pour importer les perles que je leur achète. Je les ai harcelés pour obtenir l’information, car ce numéro-là allait déterminer si j’avais ou non des droits de douane de 11 % à payer. Ce qui fait une énorme différence.

Une fois ce numéro en main, j’ai téléphoné à l’experte en lui dictant un à un les chiffres, les mains moites et le coeur battant, comme une accro de la lotto qui veut savoir si elle a eu un numéro gagnant ou si elle va se ruiner.

Et j’ai gagné. C’était bien la première fois que le zéro était une chiffre vainqueur. Aucun droit de douane. Je pouvais respirer.

Enfin, pour un petit temps seulement car je dois maintenant obtenir un NAFTA Certificate of Origin pour garantir que mes colliers sont fabriqués au Canada. Petit apparté : on a dû coudre en vitesse des étiquettes “made in Canada” que j’ai réussi à obtenir gratuitement d’un fournisseur sur tous les colliers qu’on envoie aux États-Unis.

Bref, C’est un peu à cause de ce genre de folies qui m’arrivent tout le temps que j’oublie que j’ai un blog…


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s