Work in progress

À la radio, j’entends quelqu’un dire “c’est presque terminé” en parlant de la pluie et on dirait que je ne fonde plus aucun espoir quant à l’amélioration du climat que nous avons. Certains blogs sont difficiles à regarder, remplis d’images des îles grecques et de la mer. Parfois – de manière totalement irréaliste – je m’imagine qu’il continue de faire mauvais parce que je n’ai pas mis de point final à ma collection d’automne-hiver – qui “est presque terminée”. J’ai encore quelques trucs que je veux faire. Mettre un point final c’est ouvrir la porte au jugement – on ne peut plus se réfugier derrière “c’est pas encore terminé”.

Pour l’automne-hiver, j’ai été très fortement inspirée par les alliages de vert forêt très foncé et de rouges orangés. J’ai aussi voulu mettre des taches de jaune, des taches de violet et du rose saumon. J’ai intégré des pierres semi précieuses, du quartz et tu bois et j’ai déniché des perles du Rwanda et des batiks africains. J’ai fait des prototypes de sacs de soirée mais je ne sais pas si je vais les commercialiser tout de suite. Côté bracelets et boucles d’oreilles – il y en aura-, je sors pas mal de ma zone de confort, m’étant depuis quelques années beaucoup plus concentrée sur les colliers.

Hier, j’ai passé presque toute la journée sur un nouveau modèle unique que j’adore. Il servira au photoshoot que je ferai fin mai avec Robert Desroches et Anicko Bouchard. J’y ai intégré un gros bouton vintage, un pendentif du Népal que mon père m’a rapporté d’un voyage il y a deux ans, des chaînes rosée, du lin tabac et de la soie bleue nuit.

Quand je me lance à fond dans la création, dans mon mini atelier qui a la même taille que le walk-in de certaines de mes copines, je suis toujours impressionnée par le désordre qui finit par régner. Et quand enfin je m’oblige à ranger (je déteste ranger), je passe deux heures à me dire “plus jamais je ne laisse l’atelier finir dans cet état” – on dirait littéralement qu’une tornade est passée ! Mais à chaque fois, je recommence. Alors je me dis gentiment qu’après tout, la création se fait dans le chaos. Trop d’organisation, ce n’est pas bon pour l’imagination !

En finissant, je dirais que hier soir j’ai eu la chance d’assister à une conférence de Lucien Bouchard. Je sais qu’il ne fait pas la cote actuellement au Québec mais je peux vous dire que de la passion, il en communique énormément. Je suis sortie de là avec une force supplémentaire, celle qui se dit que c’est en s’obstinant qu’on change les choses et ça me donne beaucoup de courage pour continuer ce que je fais. Parce que parfois, je ne vous le cacherai pas, je me dis qu’il faut que je sois vraiment sado pour mener une vie à créer, à refuser de me reposer dans la satisfaction et le confort, à toujours vouloir faire mieux.

Mais c’est comme ça que je finis par regarder un collier et à me dire : waw. tu es si beau. c’est pour ce feeling que je vis (bon, entre autres hein…).




Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s